L’économie est une science expérimentale, qui confronte les modèles théoriques aux données et évalue l’impact de telle ou telle politique publique ou de telle ou telle stratégie industrielle avant de faire des recommandations aux pouvoirs publics ou aux entrepreneurs. Certains phénomènes sont par ailleurs difficilement observables, reproductibles ou isolables dans la réalité, soit parce qu’ils sont rares soit parce qu’ils résultent d’une combinaison particulière de facteurs ou d’événements. Leur étude nécessite dès lors une approche spécifique. Les économistes ont développé l’économie expérimentale, méthode qui permet de répondre à ces différents objectifs et de palier aux difficultés soulevées par l’observation des données dans leur environnement naturel.

L’économie expérimentale consiste à reconstituer en laboratoire une situation économique de manière stylisée et simplifiée afin d’observer des comportements ou des phénomènes économiques. Cette reconstitution se fait dans un environnement contrôlé et paramétré par l’expérimentateur. L’objectif est de produire et collecter des données qui permettent de répondre à la question de recherche posée. Avec l’expérimentation en laboratoire le chercheur contrôle à la fois l’environnement et les règles institutionnelles. Il peut ainsi étudier les réactions comportementales à des changements qu’il génère lui-même dans l’environnement ou les institutions et évaluer la pertinence de la prédiction théorique.

Un laboratoire d’économie expérimentale est une salle dédiée, composée de postes informatiques en réseau, isolés les uns des autres par des séparations. Les participants sont des volontaires, majoritairement des étudiants, invités à participer lorsqu’une session est organisée. Ce sont des programmes informatiques, développés spécifiquement, qui gèrent les interactions, affichent les informations, effectuent les calculs et enregistrent les décisions prises par les individus. Les règles du jeu de l’expérience reprennent les caractéristiques de la situation économique étudiée, à savoir la structure des interactions, les espaces de stratégies, les fonctions de gains etc. Chaque décision procure un gain (ou une perte), exprimé sous forme monétaire, conformément aux règles institutionnelles de l’expérience liant les choix et les gains. Le principe est que chaque participant doit assumer les conséquences financières des choix qu’il a effectués au cours de l’expérience. Les gains du participant lui sont versés, en liquide, à la fin de l’expérience.

La faculté d’économie dispose d’une plateforme d’économie expérimentale, le LEEM. Cette salle dédiée, composée de 20 postes isolés dans des box, est située au second étage du bâtiment. Près de 150 sessions expérimentales sont réalisées chaque année au LEEM. L’expérimentation en laboratoire est également un outil pédagogique permettant aux étudiants une meilleure compréhension de notions d’économie parfois abstraites, avec une méthode plus ludique que le traditionnel cours magistral.

Pour les expériences les chercheurs ont besoin de participants volontaires.

La participation est rémunérée. Le montant de la rémunération dépend de l’expérience, des décisions prises par le participant, et souvent par les autres participants à l’expérience. Les gains peuvent aller de 5 à 25 euros pour environ 1h30 à 2h d’expérience (en moyenne).

Aucune connaissance en économie n’est nécessaire pour participer aux expériences. Devenez participant volontaire, c’est ludique et ça fait avancer la science.

Salle 216 (2ème étage) – Faculté d’Économie
Espace Richter – Av. Raymond Dugrand – 34 960 Montpellier

Tramway: Ligne 1, ligne 3 ou ligne 4 –

 leem-contact@umontpellier.fr